2009/12/24

Angélique Proteau : Simon Loüis Perthuis et les registres de Sault-au-Récollet • Simon Loüis Perthuis and Sault-au-Récollet's vital records



Comment acquérir la certitude que la sépulture du 6 juin 1767 à Sault-au-Récollet est bien celle d'Angélique Proteau et non pas une autre, par exemple celle de sa fille Marie Angélique?

L'acte, on le voit, comporte certaines anomalies. Le nom de la défunte a visiblement été laissé en blanc pour être inscrit plus tard. Même dans la marge, le nom «Marie Major» apparaît comme un après-coup. Trois personnes servent de témoins : Louis Turcau, Louis Perthuis, Joseph Marié, le bedeau de la paroisse, c'est-à-dire au moins deux personnes de plus que l'habitude du curé Perthuis.

Les Marie de la famille Major sont peu nombreuses, encore moins celles qui seraient âgées. Le fait que le curé ait laissé son nom en blanc nous permet raisonnablement de douter de l'âge de la défunte. Partant du principe qu'il s'agit d'une vieille femme, que le rédacteur dit âgée d'environ 84 ans, il reste peu de possibilités. Marie Josèphe et Marie Auguste sont déjà mortes; les décès de Marie Thérèse et Marie Marguerite nous sont connus et ne font aucun doute. Il reste deux possibilités : Angélique Proteau, que l'on suppose née vers 1688 et qui aurait près de 79 ans, et Marie Angélique Boutron Major, née en 1707, qui en aurait presque 60 et serait à cette époque considérée comme une femme âgée.

L'acte de sépulture a été rédigé par Simon Loüis Perthuis, né le 24 août 1706 à Arlende, dans le diocèse de Viviers, dans le sud de la France. Ce prêtre est arrivé dans la colonie le 21 juillet 1741 et il est mort le 18 août 1775 quelques mois après la fin de sa cure de Sault-au-Récollet. Il a été curé de Sainte-Anne-du-Bout-de-l'Île de 1742 à 1747, de Saint-Joachim de Pointe-Claire, de 1747 à 1761, et de Sault-au-Récollet, de 1763 à 1775.

Avant de parler des actes rédigés par Simon Loüis Perthuis, je trouve important de relever qu'une personne a abondamment annoté les pages du registre de La-Visitation-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie de Sault-au-Récollet. Il faut procéder avec une attention soutenue pour séparer ce qui revient à messire Perthuis de ce qui relève du «commentateur» malencontreux. Cette personne, dirait-on, s'est attachée à relever les erreurs du curé vieillissant (nombreux oublis, omissions, répétitions). Ma deuxième remarque s’applique à la manière d’écrire le nom du curé : il signe Pertuis, mais j’ai normalisé son patronyme pour le rendre tel qu’il apparaît dans les répertoires consultés.

La première chose qui étonne, en examinant les pages du curé Perthuis, c'est qu'il écrit Jean Batipste au lieu de Jean Baptiste et je soussigné ai batipsé au lieu de je soussigné ai baptisé, ce qui nous permet de croire qu'il souffrait peut-être de dyslexie et, en conséquence, de troubles de mémoire à court terme. Peut-être aussi qu'il avait fait un AVC - pour examiner la question, il faudrait aller considérer les actes de ses autres cures, ce qui n'est pas l'objet de cet article.

à suivre…

Sources :
François Xavier Noiseux, Liste chronologique des évêques et des prêtres, tant séculiers que réguliers employés au service de l’église du Canada depuis d’établissement de ce pays et aussi la liste des évêques des autres possessions britanniques de l’Amérique du Nord, Québec, Chez T. Cary & Cie, imprimeurs libraires, au Chien d’Or, rue Buade, 1834, p. 22.

Henri Gauthier, La compagnie de Saint-Sulpice au Canada, Montréal, Séminaire de Saint-Sulpice, 1912, p. 80.


Cyprien Tanguay, Répertoire général du clergé canadien par ordre chronologique depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours, Montréal, Eusèbe Sénécal & Fils, imprimeur, 1893, XLVI, 526 pages, p. 117.

------------

How to acquire the certainty that the burial of June 6, 1767 in Sault-au-Récollet is that of Angelique Proteau and not another, for example that of her daughter Marie Angélique?

The record, we see, has certain deficiencies. The name of the deceased was obviously left blank to be recorded later. Even in the margin, the name "Marie Major" seems like an afterthought. Three people are witnesses: Louis Turcau, Louis Perthuis, and Joseph Marié, the sexton of the parish, at least two more people than usual for this parish priest.

In the Major family there are few Marie Major, much less among the elder. Given the fact that the priest had left the name in blank we can reasonably doubt the age of the deceased. Assuming the deceased is an old woman, the editor said aged about 84 years, there is little opportunity: in the Major family, Marie Josephe and Marie Auguste are already dead, and the deaths of Marie Therese and Marie Marguerite are known and beyond doubt. Two possibilities remain: Angelique Proteau, born circa 1688, so being nearly 79 years, and Marie Angelique Boutron Major, born in 1707, who would be almost 60 and considered an old woman.

The act of burial was written by Simon Louis Perthuis, born August 24, 1706 at ARLENDA in the diocese of Viviers, in southern France. The priest arrived in the colony July 21, 1741 and died August 18, 1775 a few months after the end of his treatment at Sault-au-Récollet. He was parish priest of Sainte-Anne-du-Bout-de-l'Île from 1742 to 1747, Saint-Joachim of Pointe-Claire, from 1747 to 1761, and Sault-au-Récollet from 1763 to 1775.

Before considering the records written by Simon Louis Perthuis, it is important to note that a person has extensively annotated the pages of the register of La-Visitation-de-la-Vierge-Marie of Sault-au-Récollet. We must proceed with careful attention to separate what amounts to sir Perthuis and what was written by this unfortunate "commentator". This person, one might say, has sought to address the mistakes of the older priest (numerous oversights, omissions, repetitions).

My second remark applies to how to write the name of the priest: he signed
Pertuis, but I normalized his surname as it appears in all the directories consulted.

The first thing that surprised me in examining the pages of the priest Perthuis is he writes Jean Batipste instead of Jean Baptiste and I undersigned have batipzted instead of I undersigned have baptized, which allows us to believe that he may have been suffering from dyslexia and had, therefore, an impaired short-term memory. Perhaps he had a stroke - to discuss the issue, we should examine the records of its other treatments, which is not the subject of this article.

To be continued...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez un commentaire? You'd like to comment?