2012/10/12

Hommage à Léo Major, décédé le 12 octobre 2008

Décès du 12 octobre

L'homme qui, en avril 1945, a libéré la ville de Zwolle aux Pays-Bas

Le lieutenant-colonel Schevers des Pays-Bas, saluant le cercueil
de Léo Major, le 18 octobre 2008
À Zwolle, les drapeaux sont en berne

Léo (Achille et Amanda Sévigny • Pauline de Croiselles) Montréal • 2008
Sources : Journal de Montréal, parution du 15 octobre 2008, MAJOR Léo
The Montreal Gazette, parution du 15 octobre 2008, MAJOR Leo
Photos : archives personnelles de Jocelyn Major

Un film est actuellement en voie de réalisation sur la vie de ce héros de la dernière guerre mondiale, mais chut! d'autres nouvelles à ce sujet viendront plus tard.

Voici l'article Wikipedia qui lui est consacré :


Léo MajorDCM avec agrafe (né le 23 janvier 1921 à New Bedford2Massachusetts, et mort le 12 octobre 20083,4 à LongueuilQuébec) est un militaire québécois ayant servi dans le Régiment de la Chaudière des Forces canadiennes. Il s'est distingué par ses actes de bravoure lors de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée.

Sommaire

  [masquer

Seconde Guerre mondiale[modifier]

Le débarquement allié en France[modifier]

Léo Major s'enrôle en 1940 à l'âge de 19 ans5. Il arrive en Écosse au début de l'année 1941. Il suit l'entraînement de commando en Grande-Bretagne avant le jour J.
Avec cinq autres soldats du régiment de la Chaudière, il participe à la capture de la Juno Beach en Normandie alors que les troupes canadiennes anglaises sont clouées au sol, et dès la première journée du jour J, il capture un véhicule blindé allemand (Hanomag Sd.Kfz 251), lequel contient du matériel de communication et des codes secrets de l'armée allemande.
Quelques jours plus tard, lors de sa première rencontre avec une patrouille SS, il tue quatre soldats, mais l'un d'eux réussit à lancer une grenade au phosphore. Avec l'explosion, Major perd un œil. Le médecin qui le soigne lui déclare : « Mon ami la guerre est finie pour vous. Vous allez retourner en Angleterre. », ce à quoi Major répond : « Pas du tout ! Désolé, mais j'ai une guerre à finir ». Il refuse d'être évacué.
Pendant la bataille de Normandie, il détruit un char d'assaut Panzer dans le village de Rots et élimine les SS qui tendaient une embuscade à une escouade de Régiment de la Chaudière.
Il continue son service comme éclaireur et tireur d'élite6, en insistant sur le fait qu'il n'a besoin que d'un seul œil pour voir avec son arme. Selon lui, « il ressemblait à un pirate. »5.

Pays-Bas, été 1944[modifier]

Lors de la bataille de l'Escaut7 dans le sud de la Hollande, Léo Major capture 93 soldats allemands à lui seul.
Au cours d'une reconnaissance, seul, il repère deux soldats allemands marchant le long d'une digue. Comme le temps est froid et pluvieux, il se dit, « je suis gelé et mouillé à cause de vous, vous paierez. » Après avoir réussi à capturer le premier Allemand, il tente de l'utiliser comme appât pour se saisir du reste de l'unité. Le second soldat avait tenté d'utiliser son arme, mais il fut rapidement tué. Léo Major continue sa mission dans le but de capturer le commandant de l'unité et la forcer à se rendre. La garnison allemande se rend après que trois autres soldats sont abattus par Major. Dans un village voisin, des troupes SS voyant des soldats allemands escortés par un soldat canadien tirent sur leurs propres camarades, en blessant quelques-uns et en en tuant sept. Major méprise le feu ennemi et continue à escorter ses prisonniers à la première ligne canadienne. Il ordonne alors à un char canadien de tirer sur les troupes SS.
Il revient au camp avec près d'une centaine de prisonniers. C'est pour cette action qu'il est choisi pour recevoir une Médaille de conduite distinguée. Il ne la recevra cependant jamais. Il avait refusé la médaille car il estimait que le Général Montgomery, qui devait lui remettre la décoration, était militairement incompétent7,8,9.
En février 1945, Léo Major aide l'aumônier du régiment à récupérer les corps de soldats d'un char Tigre pour les mettre dans un véhicule de transport : un Bren Carrier. Après avoir fini de charger les corps, l'aumônier s'assoit près du conducteur, Major prend place à l'arrière. Le véhicule roule sur une mine antichar et l'aumônier et le conducteur sont tués sur le coup, alors que Léo Major est projeté en l'air, avant d'atterrir durement sur le bas du dos, qu'il se brise. Sans connaissance, il est placé derrière un camion par des médecins pour le transporter vers un hôpital de campagne situé à 50 km. Le camion s'arrête toutes les 15 min pour qu'on puisse lui injecter de la morphine et qu'il supporte la douleur. De nouveau on lui dit que la guerre était finie pour lui et qu'il serait rapatrié vers l'Angleterre en raison de ses fractures au dos en 3 endroits, en plus d'entorses aux deux chevilles et quatre côtes cassées. Une semaine s'écoule et Major a l'occasion de fuir. Il réussit à obtenir d'une jeep passante qu'on le conduise à Nimègue, une ville où il avait précédemment rencontré une famillehollandaise, les Slepenbeck. Il séjourne chez la famille près d'un mois avant de rejoindre son unité en mars 1945.

Première Médaille de conduite distinguée[modifier]

Au début du mois d'avril 1945, le Régiment de la Chaudière approche de la ville de Zwolle aux Pays-Bas. Cette ville fait l'objet d'une forte résistance des troupes allemandes, durant les mois de mars et avril, 50 soldats canadiens perdent la vie chaque jour. Afin de connaître la force et la position de l'ennemi, le commandant du régiment demande deux volontaires avant de donner l'ordre à l'artillerie de pilonner la ville. Léo Major et son meilleur ami, Wilfrid « Willie » Arseneault, se portent volontaires10. Afin de garder intacte la ville, le couple décide d'essayer de capturer Zwolle seul.

Avenue de la ville de Zwolle nommée en l'honneur de Léo Major : « Avenue Léo Major - Premier libérateur canadien de Zwolle (1921-2008) » 11
Ils partent à la tombée de la nuit et arrivent à la ferme Van Gerner7 où ils ont des difficultés à communiquer avec le fermier et sa famille qui tentent de leur dire, sans parler néerlandais qu'il y a beaucoup d'Allemands dans la forêt près de la ferme. Ils quittent la ferme vers 23 heures. Peu de temps après, Arseneault est tué par des tirs allemands après avoir accidentellement donné la position de l'équipe. Furieux, Léo Major répond en tuant deux Allemands, mais le reste du peloton fuit dans un véhicule7. Il décide alors de poursuivre sa mission seul.
Il entre dans la ville de Zwolle durant la nuit et il se met à attaquer les patrouilles allemandes et à courir dans les rues de la ville en mitraillant et lançant des grenades dans les maisons vides afin de faire croire à l'invasion de la ville par les troupes canadiennes. Une dizaine de fois, il surprend des groupes de 8 à 10 soldats allemands : une fois capturés, il les dirige hors de la ville près des positions du régiment et les remet aux soldats canadiens français, puis retourne vers la ville pour continuer sa mission. Quatre fois dans la nuit, il doit forcer quelques portes de maison pour pouvoir se reposer et faire le point. Il tombe aussi sur le quartier-général des SS, et livre un combat rapide avec 8 officiers supérieurs, mortels pour 4 d'entre eux, les autres étant en fuite2. Il met le feu au QG de la Gestapo2.
Au petit matin, il se rend compte que les dernières troupes allemandes ont quitté la ville et que Zwolle est libérée. Il se met à frapper à plusieurs portes mais les habitants sont trop effrayés pour sortir. Finalement, il rencontre des membres de la résistance qui lui présentent une enseignante d'anglais. Léo Major lui demande d'annoncer à la radio que la ville est libérée des Allemands10. C'est alors que les habitants commencent à sortir. Il repart récupérer le corps de Willie Arseneault et le remet au fermier qui le garde jusqu'à ce que le régiment de la Chaudière le récupère pour l'enterrer. Il est de retour au camp à 9 heures. La population accueille le régiment canadien qui entre dans la ville libérée.
Pour ces actions, Léo Major reçoit sa première décoration Médaille de conduite distinguée (DCM), l'une des principales décorations britanniques pour acte de bravoure. Wilfrid Arseneault reçoit le Lion de Bronze à titre posthume en 1970 par la reine Juliana.

Guerre de Corée et seconde DCM[modifier]

Lors de la guerre de Corée, l'armée canadienne demanda à Léo Major s'il serait volontaire pour aller en Corée5 et qu'il serait le millième soldat à s'enrôler pour cette guerre. L'armée canadienne espérait ainsi inciter d'autres Canadiens à s'enrôler car un héros de la Seconde Guerre mondiale donnait l'exemple. Léo Major est alors caporal avec le Royal 22e Régiment. En Corée, les Américains avaient perdu une colline importante (la 355) lors d'une attaque. La 5e division américaine forte d'environ 10 000 hommes, s'étaient repliée en laissant une importante quantité de matériel derrière elle. Ils tentèrent sans succès de récupérer la colline et demandèrent l'aide de l'armée canadienne. Le colonel demanda à Léo Major s'il pouvait faire quelque chose. Léo Major demanda qu'on lui laisse carte blanche, qu'on lui laisse choisir ses hommes et que chaque homme après cette mission recevrait une bouteille de rhum et une permission. Le colonel accepta et Léo Major partit à la tombée de la nuit avec un peloton qu'il avait lui-même entraîné. Au matin, la colline était aux mains de Léo Major et son équipe5. Les Chinois lancèrent deux de leurs divisions (la 190e et la 191e) environ 14 000 hommes, en contre-attaque sans succès. Léo Major faisant preuve de courage et de détermination donna l'exemple et permit à son peloton de résister et de repousser une attaque chinoise venant des 4 directions pendant 3 jours5 avant d'être remplacés par d'autres troupes canadiennes. Un soldat avait été blessé et Léo Major le descendit de la colline sur ses épaules (on ne doit pas oublier qu'il avait eu le dos brisé en Hollande). Pour cette action Léo Major reçu sa deuxième DCM.

Honneurs[modifier]

Léo Major est l'un des trois seuls soldats du Commonwealth britannique, et le seul canadien à avoir reçu deux Médaille de conduite distinguée7,3 et le seul soldat à les avoir reçues dans deux guerres différentes. Il est aussi le seul soldat connu pour avoir libéré une ville à lui seul12.
Le Régiment de la Chaudière a créé un trophée en l'honneur de Léo Major et remis annuellement à la compagnie la plus efficace13.
Il fut reçu le 14 avril 1970 par la reine Juliana. Il reçut le titre de citoyen d'honneur de Zwolle le 14 avril 2005 à l'âge de 84 ans.

Pierre tombale de Léo Major.

Notes et références[modifier]

  1.  Décès du Cpl (ret) Léo Major - Royal 22e Régiment [archive]
  2. ↑ ab et c (fr) Jocelyn Major, « N'oublions jamais » [archive]
    Histomag'44, numéro 57, décembre 2008
  3. ↑ a et b (en) Only Canadian twice awarded Distinguished medal dies [archive]
    The Canadian Press
  4.  (fr) [1] [archive]
  5. ↑ abcd et e (en)T.R. Fowler, Léo Major, DCM and bar [archive]
    Canadian Military History, Volume 5, Number 1, Spring 1996, pp.79-84, disponible sur le site de la Wilfrid Laurier University (pdf). Aussi reproduit à :(en) Léo Major, DCM and bar [archive]
    , site de l'Association canadienne des vétérans de la Corée. Une traduction française en a été faite dans (fr) Biographie militaire : Soldat Léo Major, DCM avec agrafe [archive]
    Le Journal de l'Armée du Canada, vol. 11.3, automne 2008.
  6.  (en) Léo Major [archive]
    , The Hero Workshop
  7. ↑ abcd et e (en) Tony Atherton, Canadian heroes relive their battles: One-eyed private single-handedly rid Dutch town of Nazi occupiers [archive]
    The Ottawa Citizen, May 07, 2005. Aussi reproduit à : (en)Divergent Portraits of War: Léo Major [archive]
    , sur le site de l'Association canadienne des vétérans de la Corée.
  8.  (en) The legendary liberator of Zwolle [archive]
    The Windmill Herald
  9.  (nl) Leo Major 1921-2008 [archive]
    , Trouw.nl
  10. ↑ a et b (en) Private Léo Major, DCM [archive]
  11.  (nl) Leo Majorlaan in gebruik genomen [archive]
    , RTV Oost, 14 avril 2009
  12.  La chaîne History Television a consacrée une émission à Léo Major : (en) The Canadian Liberator [archive]
  13.  (fr) Le Régiment de la Chaudière, Couleurs et traditions [archive]
    , site de l'armée canadienne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez un commentaire? You'd like to comment?