2013/04/20

Des livres pour mieux comprendre Etienne et son temps


Arnold Preneel et alii, Hommes d'armes et gens de guerre du Moyen Age au XVIIe siècle Franche Comté de Bourgogne et Comté de Montbéliard, Franche-Comté, Presses Universitaires de Franche-Comté, collection Didactiques Histoires, 2007.

L'ouvrage d'Arnold Perneel s'intéresse à la montre d'armes, autre nom pour la revue, et de ce fait est un document précieux qui peut servir de point de départ à une recherche sur le milieu de vie du père d'Etienne, Claude.

Ajout du 3 mai 2013



Rémi Tougas, Marie Brazeau, femme en Nouvelle-France, Québec, Septentrion, 2001, 196 pages, chapitre 12, «Une affaire d'honneur» p. 133-144.

Le chapitre 12 nous apprend que nos ancêtres, nommés ici Etienne Boutron Major et Angélique Proteau, locataires en février 1716, de Marie Brazeau dans le quartier de Notre-Dame-de-Bon-Secours de Montréal, ont témoigné en sa faveur.

Françoise Sabourin, veuve du marchand Claude Lamothe et veuve de Pierre Sérat Coquillart habitait avec Etienne et Angélique. Elle s'apprêtait à épouser Pierre Lafaye Lafontaine. 


Les soeurs Campeau, mauvaises langues notoires, répandaient le bruit que le premier mari de Mari Brazeau, Sylvain Guérin, avait été pendu. Contraintes de se rétracter, elles avaient dû payer des amendes et des frais de cour une première fois. 

Le jour du mariage de Françoise Sabourin avec Pierre Lafaye Lafontaine, célébré chez Nicolas Brazeau, frère de Marie, un chat avait été pendu sur la porte. Les soeurs Campeau s'en étaient amusées. Quinze jours plus tôt, l'une des témoins, Elisabeth Jetté avait entendu l'une des soeurs, la veuve Couturier, déclarer que ses enfants allaient pendre un chat à l'occasion du souper donné chez Nicolas Brazeau. Angélique Proteau avait ensuite confirmé le témoignage.

Geneviève Jetté clôt les quatre témoignages en racontant que la même soeur Campeau avait raconté que ses enfants avaient pendu un chat à la porte de Nicolas Brazeau...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez un commentaire? You'd like to comment?